Sur YouTube, un tiers des vidéos les plus vues présentent « une image dégradante » de la femme

·1 min de lecture

Un rapport de la Fondation des femmes, qui a analysé les contenus les plus populaires de la plateforme en 2019 et 2020, pointe du doigt de nombreuses représentations sexistes et des stéréotypes de genre encore très présents.  

Hommes « hyper-virils », femmes « séductrices » : la plupart des vidéos à succès sur YouTube véhiculent des stéréotypes de genre, et près d'un quart montrent des violences ou insultes sexistes ou sexuelles, s'est alarmée jeudi la Fondation des femmes. Celle-ci appelle les autorités à se saisir de ce problème, notamment en élargissant les pouvoirs de contrôle du CSA. 

Lire aussi >> « 1 500 personnes me regardent étudier » : comment TikTok sauve des jeunes du décrochage scolaire

Au total, 68% des 200 vidéos les plus regardées en France ces deux dernières années sur la plateforme (100 en 2019 et 100 en 2020) contenaient de tels stéréotypes, révèle une étude réalisée par la Fondation des femmes, en collaboration avec Sciences Po Paris. 

Le plus souvent, ces séquences problématiques ont été repérées dans des clips musicaux, qui représentent près des trois quarts des 200 vidéos les plus vues. Nombre de clips à succès contiennent des insultes sexistes ou des propos misogynes, dénoncent les autrices de l'étude. Dans l'un des clips visionnés, le chanteur « évoque le fait d'alcooliser une femme pour avoir des relations sexuelles avec elle », ce qui relève de la « culture du viol », selon elles. 

Des images « au-delà de ce qui est tolérable » 

Au total, plus de 20% des vidéos mettent en scène des femmes « sexualisées », notamment dans des « mouvements érotiques » ou des « poses lascives », et environ 35% présentent...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles