Le youtubeur Léo Grasset accusé de viol et harcèlement sexuel

© Capture d'écran

« Mediapart » a recueilli le témoignage de huit femmes, parmi lesquelles une l’accuse de viol et les autres de comportements inappropriés allant jusqu’au harcèlement sexuel. Léo Grasset n’a pas souhaité commenter ces accusations.

Vous le connaissez probablement sous le pseudonyme « DirtyBiology ». Vidéaste aux 1,3 million d’abonnés spécialisé dans la vulgarisation scientifique, Léo Grasset a été mis en cause par huit femmes dont « Mediapart » a recueilli les témoignages. L’une d’elles l’accuse de viol, les autres de violences psychologiques ou sexuelles.

Lisa*, youtubeuse scientifique qui a côtoyé le vidéaste à partir de 2010 dans le cadre d’une relation à distance, raconte s’être rapidement entichée d’un homme « charismatique » et « très gentil ». Léo Grasset vit à l’étranger, c’est donc via Skype et Messenger qu’ils flirtent. Ils se voient à l’été 2015 et auraient couché ensemble, signant le début d’une relation ponctuelle qui connaît plusieurs pauses.

À lire également >> Accusations de viol contre Damien Abad : tout ce qu’il faut savoir si vous n’avez pas suivi l’affaire

En juillet 2016, Lisa et Léo doivent se retrouver à Paris. Le soir, le jeune homme explique par SMS qu’il est de sortie avec des amis, et il ne rencontrera Lisa qu’aux alentours de 1 h 30 du matin, fortement alcoolisé selon elle. Elle lui explique « plusieurs fois [qu’elle n’a] pas envie » de faire l’amour, mais le jeune homme se serait montré insistant. Lisa, qui aurait essayé « de [se] décaler » pour éviter ses caresses, aurait provoqué « une espère de switch dans son regard ». La jeune vidéaste décrit ensuite...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles