“Les Z’amours” : agacé par une candidate, Bruno Guillon prend une décision radicale en pleine émission

Mardi 28 janvier 2020, dans les Z'amours, Bruno Guillon a fait la rencontre de Robert et Marilyne, originaires de Saint-Hilaire-lez-Cambrai dans le Nord, en couple depuis 45 ans. Très complices, les doyens du jour n'hésitent pas à se chamailler... pour le grand plaisir de l'animateur de France 2. Marilyne dira même qu'elle est une bonne pâte "depuis toutes ces années" de supporter le caractère "râleur" de son mari. L'émission se poursuit et Bruno Guillon pose la question suivante aux trois couples présents : "Vous souhaitez avoir recours à la chirurgie esthétique pour vous faire liposucer le ventre. Vous demandez l'avis de votre mari, quelle est sa réaction ?" Très amusée par la question, Marilyne interrompt l'animateur : "Il n'y aura pas que le ventre hein !" ironise-t-elle.

>>> VIDÉO - “Les Z’amours” : une candidate révèle avoir eu une aventure avec un célèbre chanteur... et elle balance son nom !

Après un petit fou rire, la femme de Robert répond alors que celui-ci serait "calculateur". Bruno Guillon lui demande plus de précision sur le côté économe de Robert : "Pourquoi ? Il est près de ses sous ?" ce à quoi répond négativement la candidate. L'animateur est alors surpris par cette réponse et finalement Marilyne finit par s'expliquer : "Ça doit avoir un coût et puis il m'aime comme je suis. Il voudrait que je ne change rien." Bruno Guillon, dubitatif, lui lance : "Le principe du jeu c'est de donner une réponse que vous pensez être la bonne, Marilyne. Parce que si c'est moi qui vous donne les réponses..." Visiblement agacé, il se lève et invite la candidate indécise à prendre sa place : "Ici vous avez la fiche, moi je vais me poser à côté de Robert." Marilyne se prête tant bien que mal au jeu en reposant la même question à Bruno Guillon qui a pris place près de son mari. Très à l'aise avec cette petite plaisanterie, le présentateur de l'émission reprend finalement son rôle, ironisant sur la situation : "Du coup je vous demande la réponse à vous, moi, Maryline ! C'est

(...) Cliquez ici pour voir la suite