“Les Z’amours” : la prod' a-t-elle déjà coupé des anecdotes trop gênantes ou intimes de candidats ? Bruno Guillon nous répond

C’est bien connu, personne n’est pudique dans Les Z’amours. Chaque jour, trois couples se réunissent sur le plateau de France 2 pour raconter des anecdotes et répondre à des questions sur leur vie conjugale. Depuis que Bruno Guillon a remplacé Tex aux commandes de l’émission, le 1er février 2018, l’animateur est sans cesse témoin de récits croustillants. Si la plupart de ces histoires sont inoffensives, certaines sont parfois très osées… Alors que certains racontent leur demande en mariage ratée, que d’autres s’agacent face à des histoires de jalousie ou de tromperies, certains préfèrent dévoiler les moments les plus intimes de leur vie amoureuse. Inévitablement, chaque jour, un couple amuse le public avec une anecdote grivoise. Surpris en plein acte sur un parking, photo d’une première nuit d’amour, ou encore six heures d’affilée à faire l’amour, les candidats font souvent des révélations étonnantes ! Difficile de s’ennuyer devant ce programme…

Dans Les Z’amours, on garde tout !

Pourtant, Bruno Guillon est parfois obligé de couper court à la conversation. “Si je sens que ça aborde trop l’intimité et que je sens qu’on va déborder sur l’aspect chirurgical d’une relation, j’ai tendance à freiner moi-même”, nous confie-t-il. Mais alors, arrive-t-il que certaines histoires épicées soit coupées au montage ? Femme Actuelle a donc posé la question à l’animateur. “Non parce qu’en règle générale, même si mon rôle est de leur faire oublier qu’ils sont filmés, ils savent quand même qu’ils sont à la télévision. Il n’y a pas de coupure parce que de toute façon, pour une émission qui est diffusée sur 29 minutes, on a environ 32-33 minutes d’enregistrement. Les coupures concernent plus les blancs et les manques de rythme que le contenu en lui-même”, nous assure Bruno Guillon. En effet, la plupart du temps, les candidats se contiennent un minimum. Et puis, ce sont justement toutes ces anecdotes qui amusent et donc fidélisent les téléspectateurs ! Mais il ne doit pas toujours être facile

(...) Cliquez ici pour voir la suite