Zoé Lafont : « Il existe une confusion dangereuse entre astrologie et voyance »

·1 min de lecture

Chaque semaine, vous retrouvez Zoé Lafont dans Version Femina. Mais qui est-elle ? Une femme réfléchie, drôle et à l'écoute.

Comment devient-on astrologue ?

Zoé Lafont - J'ai été biberonnée à l'astrologie par ma mère, Christine Haas [célèbre astrologue]. A l'adolescence, je lui demandais : « Vais-je trouver l'amour ? » J'ai appris avec elle, et dans les livres, mais je ne pensais pas en faire mon métier, c'était juste un job d'étudiante. J'ai suivi une hypokhâgne avant d'entreprendre des études de psychologie, DESS, DEA, trois ans de recherche en psychologie clinique orientée sur l'humain, et trois ans de thèse. L'as-trologie et la psychologie se complètent parfaitement. J'aime les gens, comprendre comment ils sont construits, comment ils réagissent, et les guider s'ils ont des choix à faire.

L'astrologie est-elle une science ?

Z.F. - Pas du tout. L'astrologie repose sur des positions planétaires relevées par la Nasa. C'est une discipline, on est dans l'interprétation, dans le symbolique, elle est seulement le reflet d'un vécu subjectif. Chaque planète a du positif et du négatif, c'est tout un travail de traduction à réaliser en lien avec les signes, entre les planètes, les symboliques. Cela s'apprend et demande des années de pratique. Le thème astral, c'est une projection dans le ciel de ce que l'on ressent sur Terre. Il n'y a ni influence ni déterminisme. Le déterminisme, c'est la famille dans laquelle on naît, le pays, la religion…

Est-il difficile de construire un horoscope annuel comme ici ?

Z.F. - C'est extrêmement compliqué. Il faut...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles