Zoom sur la grotte de la Cocalière, entre Gard et Ardèche

La Cocalière n’aurait sans doute jamais été ouverte au public sans la passion d’un jeune homme, Christian Bouquet, pour la spéléologie. Adolescent, puis étudiant, il passe son temps libre à explorer les grottes de sa région des Cévennes, formées par l’eau et le temps depuis plus de 35 millions d’années. En 1952, à 24 ans, il découvre avec son ami André Marti, aujourd’hui disparu, la grande salle de la grotte de la Cocalière, à soixante mètres sous terre, et ses deux imposantes stalagmites. Les galeries et la cascade souterraine toute proche les émerveillent également.

Les deux copains ont alors une idée : transformer cette salle et le réseau attenant en un lieu de tourisme et de découverte. Ils n’ont évidemment pas d’argent à l’époque. Il leur faudra quinze ans de travaux et de recherches de fonds pour réaliser leur rêve. Les deux hommes sont pris pour des fous, mais croient dur comme fer à ce projet. "Nous avons dû devenir mineurs, maçons, puisatiers, électriciens, paysagistes…", raconte ainsi Christian Bouquet. Après tous ces efforts, la grotte ouvre enfin au public en 1967.

Aujourd’hui, la visite dure une heure, et commence par la fameuse grande salle, dorénavant aménagée pour pouvoir accueillir des événements et concerts. À quelques pas, se trouve l’une des originalités des lieux : le dôme aux diamants. Il s’agit d’un amas de concrétions qui semblent briller de mille feux ! En réalité, les scintillements sont dus à la réflexion de la lumière sur les cristaux de calcite. Avant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles