Zoothérapie, une médecine toute bête !

L’ergothérapeute et le kiné font travailler le corps, l’infirmière apporte des soins, le psychologue écoute… Rien que du très classique. Avec la zoothérapie, aussi appelée médiation animale, le professionnel de santé s’offre un assistant peu commun : une boule de poils. Doués d’une grande sensibilité, capables d’établir un contact différemment, labrador, siamois ou même cochon d’Inde abyssinien peuvent devenir des médiateurs hors pair. Attiré par cette présence inhabituelle, le patient cherche spontanément à caresser et à parler à l’animal. Le soignant, lui, va se servir des interactions entre l’un et l’autre pour mieux accompagner le malade. Ce renfort animalier inhabituel peut aider à libérer la parole, reconnecter la mémoire, éloigner stress et anxiété et devenir une puissante source de motivation pour faire de l’exercice !

Évacuer le stress avec un coach à quatre pattes

"Calypso m’accompagne partout, on fonctionne en binôme", confie la psychologue Gaëlle Dibou. Calypso, c’est un coton de Tuléar (une sorte de bichon à poil long). Elle est aussi douce que rassurante. Poussés par l’envie de faire sa connaissance, les patients se sentent plus rapidement en confiance, à l’abri de tout jugement et ils en oublient leur anxiété. Le toutou donne envie d’être bien et de s’ouvrir davantage. "Paradoxalement, ma chienne humanise l’entretien, observe encore la psychologue. Ça me permet de ne pas commencer frontalement par ce qui amène la personne. Je prends le temps de présenter l’animal, elle se fait cajoler et ensuite, on peut entrer dans le vif du sujet, plus détendus." Des études américaines ont même montré que caresser un chien ou susciter le ronronnement d’un chat pouvait ralentir la fréquence cardiaque et abaisser la tension artérielle. Et l’intervention d’un médiateur à quatre pattes avant une opération médicale pourrait amoindrir le stress ou détourner l’attention portée sur la douleur.

Reprendre la parole et du poil de la bête

Un chien s’approchera plus aisément d'une personne

(...) Cliquez ici pour voir la suite