Une étude affirme qu’avoir des enfants rendrait moins heureux

Lydia Menez
·1 min de lecture

Publiée jeudi, cette étude analyse le niveau de satisfaction de plusieurs foyers à travers le monde. Leurs résultats sont sans appel : plus les parents font d’enfants, plus leur bonheur diminue. En cause, notamment, la charge mentale que leur progéniture génère.  

C’est une étude à contre-courant des discours normatifs sur la parentalité. Publiée jeudi sur le site Plos One, les quatre chercheurs polonais à l’origine de cette enquête ont sondé 7178 individus mariés à travers 33 pays dans le monde (Inde, Russie, Corée du Sud, Kenya...). Selon les résultats de leur enquête, plus il y a d’enfants dans une famille, moins les parents sont heureux en couple. Et cette affirmation est surtout valable pour les femmes.  

Lire aussi >> Burn-out parental : « On ne se réveille pas en se disant qu’on n’en peut plus »

La charge mentale pointée du doigt  

Pour les quatre universitaires, ce sont les femmes qui subissent des « pressions culturelles » pour s'acquitter des tâches liées à la maternité et à l'entretien ménager, tandis que les hommes subviennent « aux besoins de leur famille en dehors de la maison ». Ainsi, avoir plus d'enfants engendreraient plus de tâches ménagères pour les mères que pour les pères.  

Et pendant que les femmes s’occupent des enfants et de leur sécurité, les hommes, eux, passent plus de temps à « s'amuser et jouer avec leur progéniture ». Ils ressentent donc moins d’angoisse et plus d’émotions « positives » que leur conjointe. L’étude met en évidence ce déséquilibre entre les genres et affirme que ceux qui s’investissent le plus (à savoir, les femmes), éprouveraient une « détresse » plus grande que les autres.  

Outre la charge mentale qui pèse sur les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

 A lire aussi