Publicité

Une étude montre que cette particularité précise dans notre voix reflète une moins bonne santé cérébrale à mesure que nous vieillissons

Ce n'est pas seulement ce que vous dites, mais aussi la rapidité avec laquelle vous le dites, qui ouvre une fenêtre sur la santé de votre cerveau, suggère une récente étude. Ses auteurs ont en effet découvert que le rythme de la parole était un indicateur plus fiable de la santé du cerveau que la difficulté à trouver les mots, et estiment que cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouveaux outils et processus de dépistage de la démence.

Poser un pré-diagnostic de démence à une personne, simplement en l’écoutant parler quelques secondes. L’idée paraît folle, pourtant des chercheurs y travaillent sérieusement, et leurs premiers résultats sont très prometteurs. Des recherches récentes menées par des chercheurs de l’Université de Toronto suggèrent en effet que la vitesse à laquelle nous parlons peut avoir un impact significatif sur la santé de notre cerveau à mesure que nous vieillissons. Publiées dans la revue Aging, Neuropsychology, and Cognition, celles-ci font plus précisément état d’une corrélation entre une parole plus rapide et une meilleure fonction cognitive chez les personnes vieillissantes. L’équipe scientifique est partie du constat que, si pouvons commencer à remarquer qu’il nous faut plus de temps pour trouver les bons mots en vieillissant, ce qui peut susciter des inquiétudes concernant le déclin cognitif, la vitesse de parole serait un indicateur plus important de la santé cérébrale que la difficulté à trouver les mots, qui semble être un élément normal du vieillissement.

L’étude est présentée par ses auteurs comme l’une des premières à examiner à la fois les différences dans la parole naturelle et la santé cérébrale chez les adultes en bonne santé. « Des changements dans la vitesse générale de parole peuvent refléter des changements dans le cerveau. Cela suggère que la vitesse de parole devrait être testée dans le cadre...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi