Publicité

11 stars qui revendiquent leur non-binarité

11 stars qui revendiquent leur non-binarité - Abaca
11 stars qui revendiquent leur non-binarité - Abaca

Elles sont de plus en plus nombreuses, les personnalités à revendiquer et aborder publiquement leur non-binarité, c'est-à-dire la revendication alternative d'une identité de genre. En voici un joli panel.

La non-binarité, c'est le fait de refuser d'être catégorisé·e comme "homme" ou "femme" au sein de la société (ce que l'on appelle "la binarité de genre"). Et donc, revendiquer une identité non-fixe, indépendante de cette configuration traditionnelle. Or, cette revendication alternative d'une identité de genre est de plus en plus portée par des voix célèbres : des stars bien connues de cinéma, de télé, du monde musical...

L'occasion de renverser des stéréotypes de genre et de valoriser d'autres voix. La preuve avec ces 11 personnalités qui se disent fièrement non-binaires. Et se racontent.

Bella Ramsey

"Être genré n'est pas quelque chose que j'aime particulièrement. Je suppose que mon genre a toujours été très fluide. Mais pour ce qui est des pronoms de genre qu'il faut employer pour me désigner, je m'en fous vraiment" (Bella Ramsey, l'interprète d'Ellie dans la série The Last of Us, au New York Times)

Emma Corrin

"Il faudrait que tout le monde se sente reconnu·e et représenté·e - les personnes non-binaires et queer, les personnes trans. Par exemple, c'est difficile pour moi d'essayer de justifier dans ma tête le fait d'être non-binaire et d'être nommé·e dans les catégories féminines de certaines cérémonies. Devrions-nous vraiment préciser si l'on est nommé·e pour un rôle féminin ou un rôle masculin ?" (Emma Corrin, l'interprète de Diana dans The Crown, à la BBC)

Sam Smith

"J'ai décidé de changer mon...

Lire la suite


À lire aussi

Julie Gayet dénonce ce système sexiste où les femmes "disparaissent après cinquante ans"
Pour Pierre de Maere, il faut parler de l'homosexualité "très ouvertement, sans tabou"
Les violences intrafamiliales sont encore en hausse, et c'est très inquiétant