200 élues et militantes féministes demandent la démission de Damien Abad

"Nous, femmes de tous milieux professionnels, de tous bords politiques, demandons la démission immédiate de Damien Abad et de toute personne mise en cause pour violences sexuelles ayant un mandat politique". Dans une tribune publiée dans Le Monde, 200 élues et militantes féministes réclament la démission du ministre des Solidarité Damien Abad.

Nommé au sein du nouveau gouvernement en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols, le député Damien Abad fait l'objet d'accusations de violences sexuelles de la part de trois femmes, Chloé, 41 ans, et Margaux, 35 ans, avaient témoigné auprès de Mediapart en mai dernier pour des faits présumés qui remonteraient à 2010 et 2011. Le site d'investigation a également recueilli le témoignage d'une élue centriste, Laëtitia, dénonçant une tentative de viol qui aurait eu lieu en 2010.

Militantes et élues exigent suite à ces accusations le départ du ministre.

"Comment incarner l'intérêt général ?"

"Le maintien de Damien Abad au sein du gouvernement est le symptôme de la grande résistance qu'opposent les réactionnaires aux femmes qui prennent la parole depuis des années et peinent à être entendues. En reléguant à la justice le pouvoir unique de trancher, le gouvernement fait preuve d'une grande lâcheté", détaille la tribune.

Initié par l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique et l'association #NousToutes, le texte bénéficie des signatures d'Alice Coffin, Adèle Haenel,...

Lire la suite


À lire aussi

"Je suis féministe" : 5 trucs inspirants à piquer aux militantes québécoises
Le Rallye Dakar ferme les yeux sur les militantes féministes emprisonnées en Arabie saoudite
La militante féministe Céline Piques décrypte "l'idéologie guerrière et viriliste" de Poutine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles