3 choses à retenir du défilé Dior automne-hiver 2020/2021

Stéphanie Kohen

C’est au Jardin des Tuileries que Maria Gazia Chiuri, la directrice artistique de la maison Dior, a choisi de présenter sa collection prêt-à-porter automne hiver 2020-2021. Pour accueillir les invités, une immense boite safran estampillée des 4 lettres DIOR trône devant la grille. C’est ici que s’engouffrent célébrités et autres personnalités triées sur le volet. Fidèle à ses engagements, la créatrice dévoile un show intime et engagé.

Une scénographie féministe 

DIOR_READY TO WEAR_AUTUMN-WINTER_2020_FINALE_©ADRIEN DIRAND

Comme chaque saison depuis son arrivée à la direction artistique de la maison Dior, Maria Grazia Chiuri délivre un message féministe lors du défilé. Pour présenter sa collection prêt-à-porter automne-hiver, la créatrice invite le collectif Claire Fontaine, référence forte du féminisme, à créer un décor explicite. Dès l’entrée, le mantra « I Say I » évoque l’affirmation de soi. Au sol, des pages du magazine Le Monde tapissent l’espace à la manière d’un carrelage. Une installation inspirée par une photographie d’Henri Matisse, prise par Robert Capa en 1949. Suivent d’autres phrases lumineuses suspendues au plafond. Des slogans directs et incisifs sous forme de néons colorés qui accompagnent la valse des mannequins sur le catwalk « Women Raise the Upraising », « Consent », « When Women Strike the World Stops ». Une mise en scène coup de poing qui met en évidence le rôle essentiel des femmes dans la société. 

Le style 70’s

DIOR_READY TO WEAR_AUTUMN-WINTER_2020-2021_LOOK_20

Pour cette collection hivernale, Maria Grazia Chiuri nous ouvre son album de famille. La créatrice dévoile sur son compte Instagram une série de clichés vintage. Des photos qui évoquent comment, déjà plus jeune, elle utilisait la mode pour s’affirmer. De cette inspiration née une partition qui fait la part belle aux codes 70’s. En toile de fond, le carreau. On retrouve l’imprimé sur un caban, une jupe plissée, un pantalon, une robe. Il se...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi