4 bons gestes d’hygiène intime à adopter à la ménopause

© Istock/Getty Images

Bouffées de chaleur, troubles de l’humeur et du sommeil, perte de libido… Les symptômes de la ménopause sont nombreux. Mais les signes qui peuvent toucher la sphère intime, comme la sécheresse vaginale, les infections urinaires ou encore les douleurs pendant les rapports ne doivent pas être négligées. Pour éviter les désagréments, mieux vaut adapter son hygiène intime.

On ne le répètera jamais assez, le vagin est un organe autonettoyant. Il est donc inutile de réaliser des douches vaginales, sous peine de perturber le PH du vagin et de provoquer des infections et des mycoses. Les douches vaginales augmentent également le risque de pertes, de douleurs lors des rapports sexuels, de l’inconfort vaginal (démangeaisons, irritations, rougeurs…) ainsi que de sécheresse intime. Raisons de plus pour les bannir à la ménopause !

À la ménopause, un lavage externe une fois par jour, jamais plus de deux, avec un produit doux et adapté à l’hygiène intime est suffisant. Veillez à jeter un coup d’œil sur la composition du gel intime. Selon une étude parue dans la revue 60 millions de consommateurs, certains produits pourraient contenir de nombreux allergènes et perturbateurs endocriniens. Privilégiez donc les versions sans allergène, sans parfum et à base d’ingrédients d’origine naturelle.

Pour un confort optimal de la zone intime, on recommande également d’éviter les sous-vêtements synthétiques qui empêchent la peau de respirer et favorisent l’apparition de mycoses. On privilégie au contraire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite