Publicité

5 conseils pour gérer son hypersensibilité au travail

Open-space bruyant, stimulation sociale permanente, réunions… le monde du travail est-il adapté aux hypersensibles ? Ludivine Casilli, thérapeute spécialisée en hypersensibilité et haut potentiel nous partage les clés pour allier hypersensibilité et vie professionnelle.

Prendre conscience de son décalage

« L’hypersensibilité n’est pas un phénomène de mode : c’est un cerveau qui fonctionne différemment ! Cette hyper-émotivité accompagnée d’hyperesthésie - la sensibilité très forte d’un ou plusieurs sens - concerne 20 à 30% de la population. Parfois, l’hypersensible adopte des réflexes de protection et peut aussi avoir l’impression de ne rien ressentir. Prendre conscience de cette différence, c’est commencer à chercher des outils pour mieux la vivre. Elle varie selon chacun et se colore d’expériences de vie, de traumatismes, d’éducation… Si certains hypersensibles souffrent dans le monde du travail, où les sens sont sollicités en permanence, d’autres le vivent très bien ! »

Mieux se connaître

« La clé, c’est de bien connaître ses hyperesthésies et ses limites. N’hésitez pas à lire des livres sur le sujet ou à vous faire accompagner par un professionnel. Travailler dans un bureau aux fortes lumières blanches peut par exemple devenir une souffrance pour un hypersensible atteint d’hyperesthésie visuelle. Dans le cas d’une hyperacousie, il sera épuisé par le bruit, le mouvement… Beaucoup d’hypersensibles sont perfectionnistes et attendent une grande reconnaissance. Si leur travail n’est pas assez valorisé, ils vont ressasser et en souffrir, voire se sentir rejetés. Ils veulent être aimés par tout le monde, disent oui à tout et s’épuisent à la tâche. Définir ses...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi