5 idées reçues sur la presbyacousie

© Getty Images/iStockphoto

Vrai : la presbyacousie, comme la presbytie pour la vision, est une surdité liée à l’âge, qui se manifeste autour de 60 ans. Mais, il existe des presbyacousies précoces qui débutent vers 40 ans, voire avant. Les raisons peuvent être génétiques (surdité progressive), dues à la prise de médicaments (certaines chimiothérapies, par exemple), à une exposition importante aux bruits (concerts, métiers…).

Faux : "Dès que l’on ressent une gêne dans les lieux un peu bruyants, que l’on n'arrive pas à suivre une conversation ou que l’on essaye de la comprendre en lisant sur les lèvres, il faut consulter un ORL" insiste le Pr Jean-Luc Puel, directeur de l’Institut des neurosciences de Montpellier*. Il pourra déterminer si votre problème nécessite un traitement, une chirurgie ou s’il s’agit d’une vraie presbyacousie.

Vrai : "Les études démontrent que les difficultés d’audition et donc de compréhension freinent les liens sociaux et la capacité du cerveau à mémoriser et à se concentrer" précise le Pr Puel. Les aides auditives permettent de conserver un mode de vie actif et de restaurer les activités sensorielles et surtout ralentissent le vieillissement cérébral et le risque de maladies neurodégénératives (démences).

Vrai : il est reconnu que le cholestérol, le diabète ou l’hypertension ont un impact négatif sur l’audition. Or, ces trois facteurs proviennent le plus souvent du surpoids et de la sédentarité. "Les malentendants font moins de sport par peur de leur environnement" a constaté le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite