Publicité

Les 6 marques de jambon à ne plus acheter selon 60 Millions de consommateurs

Le premier reproche fait au jambon blanc concerne la présence de nitrites et d’additifs. C’est d’ailleurs pour cette raison que nos autorités de santé recommandent de ne pas dépasser 150 g de charcuterie par semaine. Les nitrites, qui valent au jambon sa couleur rose, ont été associés à l’apparition de plusieurs cancers, à savoir le cancer colorectal, le cancer du sein et celui de la prostate. Lorsqu’ils sont injectés dans la viande, les nitrites se décomposent en molécules cancérogènes. « Ils sont directement incriminés, avec un niveau de preuve bien établi, dans les cancers de l’estomac et les cancers colorectaux, dont plus de 4000 nouveaux cas par an sont directement attribués à la charcuterie, mais aussi potentiellement dans d’autres types de cancers », précise Emmanuel Ricard, porte-parole de la Ligue contre le cancer et directeur des actions de lutte auprès de 60 Millions de consommateurs (Hors-série 142 S novembre/décembre 2023). Il est toutefois possible de se passer de nitrites dans le jambon, mais alors il faudra débourser 20 % à 65 % de plus. Un constat qui confirme ce que dénonçait l’association Foodwatch et la Ligue contre le cancer en avril 2023 : les inégalités. « Les plus pauvres, encore une fois délaissés et les plus exposés au risque de cancer ». Autre reproche : tous les jambons petit prix sont aussi trop salés : « 2 tranches apportent presque la moitié des apports journaliers en sel recommandés (5g pour (...)

Lire la suite sur Top Santé

Les 2 marques de pâtes à pizza à éviter selon 60 Millions de consommateurs
4 critères à surveiller lorsqu'on choisit un jus de fruits au supermarché
Ce plat à base d’ail peut réduire la graisse du ventre (et c’est prouvé)
Cet effet insoupçonné du café sur votre peau, selon une étude chinoise
4 références de soupes à ne plus acheter selon 60 Millions de consommateurs