1 / 9

Le lait et le jus non pasteurisés

“Il est impossible de distribuer ou de vendre du lait cru au Canada pour un million de bonnes raisons : notamment la listeria, la salmonelle, l’E. coli, le campylobacter, les Yersinia [enterocolitica]”, confie L. Richards. “Les bactéries Yersinia et la listeria se développent en milieux réfrigérés. Il est impossible de les contrôler ou de ralentir leur croissance en les plaçant au réfrigérateur”.
Les bactéries peuvent être à l’origine d’intoxications alimentaires et entraîner de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée, des insuffisances rénales potentiellement mortelles, des fausses-couches, voire la mort, d’après Health Canada.
Certaines personnes souhaitent que le lait cru devienne légal et facilement accessible, comme c’est le cas en Europe (où une étiquette doit préciser la nature du produit), mais au Canada, le lait doit être pasteurisé, un processus qui consiste à utiliser la chaleur pour tuer les bactéries néfastes, tout en conservant les propriétés nutritionnelles de la substance.
Lynn Richards évite également les jus non pasteurisés qui peuvent contenir de la salmonelle, E. coli et des parasites Cryptosporidium. Tout comme le lait cru, ce type de jus ne doit pas être consommé par les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes ou les personnes qui ont des systèmes immunitaires affaiblis.

Voici 9 aliments qu’une inspectrice de la santé ne risque pas de mettre dans son assiette

Lynn K. Richards en a vu de toutes les couleurs au cours de sa carrière d’inspectrice de la santé, et elle sait parfaitement quels aliments ne jamais mettre dans son assiette.

Nous avons réuni les 9 aliments que L. Richards, consultante en sécurité alimentaire et coach pour TrainCan (spécialiste en éducation et certification aux quatre coins du Canada) ne touchera jamais. Découvrez notre galerie, et n’hésitez pas à mentionner les aliments que vous évitez autant que possible dans les commentaires.

Gail Johnson

Les pommes de terre enroulées dans un morceau d’aluminium peuvent être à l’origine de la toxine botulique, et donc du botulisme. “Le botulisme peut être mortel”, confie L. Richards. “Ne laissez pas la nourriture traîner à température ambiante, car elle pourrait être contaminée”.

Lynn Richards ne les évite pas complètement, mais ne choisit pas n’importe lesquels non plus. “Les gens toussent dessus et respirent dessus, les enfants peuvent mettre leurs doigts sur les aliments, tout comme les adultes”, confie-t-elle. “Je fais attention. J’observe. Je regarde ce que les membres de l’équipe font, s’ils respectent les standards et la culture de la sécurité alimentaire, et si les responsables prêtent attention à la sécurité alimentaire. Mais, en général, j’opte plutôt pour un plat à la carte”.