Publicité

9 façons de "pimper" la recette du poulet rôti de mamie

Et si on profitait du week-end pour rôtir une volaille au four ou la faire mijoter en cocotte ? On la choisit suffisamment dodue (au moins 1,4 kg) et on boycotte le poulet standard, qui n'a jamais vu un rayon de soleil, ni même foulé un carré d'herbe. C'est simple : plus la volaille a de place pour gambader, plus sa chair sera savoureuse. La "Rolls" des poulets, c'est celui de Bresse AOC, qui dispose de 120 jours minimum pour se façonner un corps de rêve. Les poulets Label rouge et AB bénéficient quant à eux d'au moins 81 jours d'entraînement, avec parcours en extérieur et alimentation à base de céréales. En choisissant l'un de ces, votre recette n'en sera que meilleure. >> Vous prévoyez de le faire rôtir ? Optez alors pour un poulet fermier à chair jaune. Avec sa petite couche de gras superficiel, il dore parfaitement tout en restant bien tendre. Côté nutri : on déguste sans culpabilité ! Le poulet rôti fournit 29 g de protéines pour 100 g, pour à peine plus de 200 Cal et 10 g de lipides... concentrés dans la peau. Pour les plus raisonnables, la laisser de côté est un bon moyen d'alléger l'addition calorique. Et libre à nous de succomber si on aime son croustillant et son doré.

Lire la suite sur Top Santé

Hallux valgus : quoi de neuf du côté de la chirurgie ?
Voici la recette de la pizza aux légumes de Weight Watchers pour se faire plaisir sans culpabiliser
La liste d'ingrédients à éviter quand vous achetez du maquillage selon des chercheuses en dermatologie
4 bonnes raisons de vous mettre à la tricothérapie (et d'arrêter enfin d'être stressée)
Baisser le couvercle des toilettes est-il un geste anti-virus ? Pas si sûr selon un microbiologiste