Accusé d’agressions sexuelles, Nicolas Hulot déclare quitter la vie publique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Cette annonce survient à la veille de la diffusion d’un documentaire dans lequel plusieurs femmes l’accusent. 

L'ancien ministre Nicolas Hulot, visé par de nouvelles accusations d'agression sexuelle et de viol qu'il a dévoilées mercredi et démenties, a annoncé sur BFMTV quitter « définitivement la vie publique ». « Je vais quitter la présidence d'honneur de ma fondation, pour les protéger des salissures […] Je quitte définitivement la vie publique parce que je suis écœuré », a-t-il déclaré. « Pourquoi pérenniser une notoriété qui me fait subir ce qu'un homme peut subir de pire ? » 

Lire aussi >> C’est mon histoire : « La démission de Nicolas Hulot a bouleversé ma vie !»

« Je quitte mon engagement, je ne m'exprimerai plus, c'est trop lourd payé », a ajouté l'ancien animateur de la télévision, devançant la diffusion d'un documentaire télévisé qui donne la parole à des femmes l'accusant d'agressions sexuelles et de viols, remontant jusqu'à 1989. « Ni de près ni de loin je n'ai commis ces actes, ces affirmations sont mensongères », a affirmé Nicolas Hulot.  

« Je n'ai jamais contraint qui que ce soit » 

« Je n'ai jamais contraint qui que ce soit », a-t-il martelé, dénonçant un « système qui est en train de perdre la raison », avec « la justice qui se déplace sur les plateaux de télévision ». Selon les questions du journaliste Bruce Toussaint, le reportage en question doit être diffusé par l'émission Envoyé Spécial sur France 2, mais France Télévisions ne l'a pas confirmé à l'AFP.  

Selon Nicolas Hulot, quatre ou cinq...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles