Affaire Bastien Vivès : une enquête ouverte pour « diffusion d'images pédopornographiques »

© JOEL SAGET / AFP

L’auteur de BD Bastien Vivès est visé par une enquête pour « diffusion d’images pédopornographiques » à la suite d’une plainte de la Fondation pour l’enfance.

Une enquête pour diffusion d'images pédopornographiques a été ouverte cette semaine à Nanterre à l'encontre de l'auteur de bandes dessinées Bastien Vivès et deux de ses maisons d'édition, après une plainte déposée par une association de protection de l'enfance.

Cette enquête préliminaire, confiée à la Brigade de protection des mineurs, vise l'auteur de 38 ans, Glénat et Les Requins Marteaux qui ont publié trois de ses ouvrages en 2011 et 2018, ont précisé vendredi à l'AFP le parquet de Nanterre et une source proche du dossier.

Contactées par l'AFP, les éditions Glénat n'étaient pas joignables dans l'immédiat. L'enquête a été ouverte après le dépôt d'une plainte fin décembre de l'association Fondation pour l'enfance auprès du parquet de Nanterre.

À lire aussi >> Pédocriminalité : les failles du Code pénal

Trois ouvrages visés

Cette plainte, dont des éléments avaient été révélés par Franceinfo, vise trois ouvrages : « Les melons de la colère » (Les Requins Marteaux, 2011), « La décharge mentale » (Les Requins Marteaux, 2018) et « Petit Paul », (Glénat, 2018).

Ces BD « livrent des représentations de mineurs, dans des situations sexuellement explicites, présentant indubitablement un caractère pornographique », selon la plainte. Dans « Les Melons de la colère », « Bastien Vivès met en scène Magalie, jeune fille mineure qui subit des agressions sexuelles et viols à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi