Affaire Coquerel : la militante Sophie Tissier envisage de porter plainte

© SIPA

Ancienne figure des gilets jaunes, Sophie Tissier a effectué un signalement auprès du Comité de suivi contre les Violences Sexistes et Sexuelles de La France insoumise (LFI). Elle envisage maintenant de porter plainte contre le président de la Commission des Finances pour son comportement « harcelant ».

La militante de gauche Sophie Tissier a dénoncé publiquement dimanche un comportement « offensant, harcelant », envers elle du député La France insoumise (LFI) Éric Coquerel, élu cette semaine président de la commission des Finances de l’Assemblée.

Sophie Tissier, une ancienne figure des gilets jaunes, a annoncé avoir effectué un signalement au comité de suivi des violences sexuelles de LFI. Elle a aussi déposé une « pré-plainte » et envisage une plainte.

Après un tweet à la mi-journée, elle a décrit en début de soirée sur BFMTV « des gestes déplacés, des mains baladeuses », lors d’une soirée organisée par le parti en 2014, évoquant « un regard salace, gluant », et lors de la soirée dansante « une drague lourdingue », un comportement « outrancier, offensant, harcelant », de la part du député.

Éric Coquerel lui aurait aussi adressé des textos lui proposant de l’emmener à son hôtel. « C’était pas une agression physique dans le sens où il n'y a pas eu de violence physique », juge Sophie Tissier, « mais le harcèlement, c’était quand même traumatisant ».

Bientôt une plainte en diffamation ?

« Je n’ai pas envie qu’il aille jusqu’à démissionner » assure Sophie Tissier, mais « qu’il reconnaisse les faits, qu’il entende ce que j’ai à dire et dise "oui c’est vrai, j’ai eu des comportements déplacés" », a-t-elle ajouté. Elle affirme aussi en avoir parlé ouvertement dans le parti, notamment à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles