En Afghanistan, on célèbre les "poètes talibans" (oui oui, ca existe)... et les poétesses s'indignent

En Afghanistan, on célèbre les
En Afghanistan, on célèbre les "poètes talibans" (oui oui, ca existe)... et les poétesses s'indignent Samiullah Hamas récite de la poésie lors du festival de poésie des fleurs pourpres dans le parc Tap-e-Gul Ghundi, à Charikar, en Afghanistan, le 17 avril 2024 - AFP, Wakil KOHSAR

Des poètes talibans se sont produits le 17 avril 2024 devant une foule déjà conquise: ils vont chanter les louanges des maîtres de l'Afghanistan, revenus à Kaboul en 2021. "Ceci est notre victoire"...

Des poètes talibans se produisent devant une foule déjà conquise: ils vont chanter les louanges des maîtres de l'Afghanistan, revenus à Kaboul en 2021. "Ceci est notre victoire", proclame fièrement l'un d'eux, Samiullah Hamas.

Près de la base aérienne désaffectée de Bagram, ancienne plaque tournante des forces de l'Otan, les autorités ont invité une brochette de poètes chargés de tresser des lauriers à l'émirat islamique.

"Cette montagne pleine d'arrogance a été vaincue par des forces extrêmes", proclame un poète présenté comme "Talib Omar", en référence à l'occupation étrangère de l'Afghanistan, de 2001 à 2021.

Dans la grande salle de spectacle, quelques dizaines d'hommes portent des fusils automatiques pendant la lecture de poésie, organisée dans la province de Parwan (centre) et réservée aux hommes.

Les femmes qui ont osé venir sont dirigées vers la sortie par des représentants du ministère de la Prévention du vice et de la Promotion de la vertu, vêtus de leur emblématique blouse blanche de laborantin.

"Nous devons tous être unis, vivre sous le même toit du système islamique et nous tendre la main dans un esprit de fraternité", explique à l'AFP Samiullah Hamas, 22 ans.

"Ce sont les messages que nous transmettons dans notre poésie", affirme le jeune homme rencontré lors de l'événement organisé dans un somptueux parc de centaines d'arbres de Judée en fleurs.

Les talibans sont de nouveau au pouvoir à Kaboul depuis bientôt...

Lire la suite


À lire aussi

Go vegan : un Américain mangeur de hotdogs se retrouve exclu d'une compétition car il promeut une marque de viande végétale
"Il fallait que les doses montent, c'était très dangereux" : Céline Dion se confie sur ses excès médicamenteux
"On se marre tous les jours, j'adore ses choix, son travail" : la déclaration d'amour de Raphaël à Mélanie Thierry