HPI : amour, boulot, famille... Il nous raconte sa vie avec 130 de QI

·3 min de lecture
Getty

À quoi ressemble vraiment la vie d'une personne dite à haut potentiel intellectuel ? Face au succès de la série HPI portée par Audrey Fleurot sur TF1, Roméo Machado nous raconte son quotidien avec 130 de QI.

Le 29 avril 2021, TF1 a dévoilé sa toute nouvelle création : HPI. Une série policière dans laquelle Audrey Fleurot incarne Morgane, une mère de famille à haut potentiel intellectuel mis au service d’une équipe d’enquêteurs presque malgré elle. Un véritable succès pour une production qui traite un sujet fantasmé et souvent mal mené par les clichés sur les premiers concernés. Diagnostiqué HPI à l’adolescence, Roméo Machado fait partie de ces 2% de la population qui ont plus de 130 de QI contre 100 de QI en moyenne pour une personne lambda. Loin de répondre aux stéréotypes du surdoué asocial enfermé dans sa chambre "et complètement dépressif", le jeune homme explique avoir toujours été un élève "dans la moyenne avec 12 de moyenne générale et ça ne m’intéressait pas d’avoir plus". "J’ai été décelé en troisième quand un organisme est venu nous faire passer des tests psychométriques. Par la suite, mes parents ont été appelés et on leur a expliqué que je pouvais avoir plus comme moyenne", se souvient-il. Pour obtenir ce résultat, le jeune homme a passé un test de QI avec des professionnels prenant en compte toutes les formes d’intelligence, contrairement à ceux que l’on peut trouver sur Internet. "S’ils sont gratuits, c’est qu’ils ne sont pas toujours validés", met en garde la psychologue Katia Terriot qui voit "de plus en plus de personnes" passer ces tests au sein de l’association MENSA, qui permet au HPI de se retrouver.

Vidéo. HPI (TF1) : une deuxième saison confirmée pour la série qui cartonne avec Audrey Fleurot

La série TF1, une caricature ? 

Comme beaucoup de personnes dîtes "zèbres", Roméo a toujours manifesté une envie d’apprendre : "J’adorais ça. Pas tout, juste ce qui m’intéressait, mais j’étais très réfractaire dans certaines matières et aux méthodes d’apprentissage de la scolarité française parce que je ne comprenais pas l’intérêt de faire du par coeur". Une envie de se lancer de nouveaux défis qui le pousse à passer un BTS Marketing et commerce après le lycée et à reprendre ses études à 30 ans pour obtenir un master en stratégie marketing et business. "Et il y a deux ans, j’ai refait un master en management des institutions sportives", explique celui qui a eu "plusieurs boulots dans différentes boites". Délégué national aux relations de MENSA, il souligne : "Parmi les HPI qui font partie de l’association, beaucoup ont changé plusieurs fois de carrière et d’entreprises. Ils essaient différentes choses parce qu’ils ont du mal avec la façon de fonctionner de certaines entreprises et il y a cette volonté de toujours apprendre, c’est une caractéristique qui revient souvent". Toutefois, la psychologue précise que "chaque HPI a ses caractéristiques. La seule qu’ils ont tous en commun, c’est d’avoir des capacités cognitives très élevées". Ainsi, elle précise que si le personnage de Morgane "réunit plusieurs caractéristiques d’un HPI" comme "une très bonne mémoire, visuelle et auditive et capable d’aller vite dans son raisonnement", il ne faudrait pas imaginer "que tous les HPI sont comme elle, et c’est la difficulté que l’on retrouve sur le terrain. Il n'y a pas de tableau générique où l'on coche des cases. Il n’y a pas de portrait-robot du HPI". Face au personnage haut en couleurs imaginé par TF1, certaines personnes concernées au sein de l’association auraient - selon la professionnelle - déploré "une caricature" quand d’autres "ont trouvé ça bien".

Vidéo. Alizé Lim est HPI : la compagne de Tony Parker se livre sur les difficultés que rencontre son couple

La vie amoureuse d'un HPI

Côté vie privée, Roméo explique que son appétence pour la découverte et son envie de toujours être dans l’action, "qu’elle soit physique ou intellectuelle", peut lui porter préjudice : "Le partenaire peut nous demander un peu plus d’attention et - dans mon cas - j’aime être en mouvement". Ce n’est pas pour autant qu’être en couple avec une autre personne à haut potentiel facilite l’équation du coeur : "Que ce soit avec un HPI ou pas, et même si je passe de bons moments, j’ai l’impression de vite faire le tour de la personne. Je manque de surprise chez les gens parce que je vois très vite leur limite. C’est un truc qui était assez difficile à gérer". Quant à ses amitiés, ce n’est "qu’il y a quelque temps" qu’il leur a dit faire partie de ce 2% de la population aux capacités élevées. "On en rigole entre nous parce que je ne veux pas qu’ils me voient uniquement par le prisme du HPI. Ça ne change rien à nos relations sauf pour un ou deux pour qui il y a un côté impressionnant, mais ils sont plutôt fiers". Pour autant il estime : "C’est à moi de me mettre au niveau des autres personnes pour qu’elles me comprennent et ça peut biaiser la relation ou repousser les gens parce que, forcément, j’ai des façons de faire qui peuvent désarçonner la personne en face". Là encore, la psychologue explique qu’il n’est pas rare que des "HPI s’ignorent, du coup l’entourage ne va pas forcément s’en apercevoir non plus", quand d’autres "ont le sentiment d’être en décalage". "Certains vont avoir du mal à trouver leur place dans la société y compris à l’école et pour d’autres, il n’y a pas de souci, poursuit-elle. Chaque situation est vraiment unique. C’est vraiment un croisement entre ce haut potentiel et l’environnement. C’est pour cela qu’il est important quand on fait un bilan d’aller voir ce qui se passe aussi au niveau personnel et affectif pour voir ce qui se passe dans sa généralité". Et parmi les HPI célèbres, Alizé Lim fera sa première apparition dans la série ce jeudi 20 mai 2021. "Je me suis rendu compte que ma sensibilité était une qualité dans ce milieu, contrairement au sport de haut niveau", s'est enthousiasmée celle qui a vécu la parution de son ouvrage Eloge de l'inconditionnel, témoignage d'un zèbre sur le court (éditions Vuibert) comme un "coming-out". "À part mes proches, personne n'était au courant que j'étais HPI. J'avais peur des a priori ou que l'on pense que je me vante. Au final, ça m'a permis de me libérer de mes souffrances intérieures", a raconté la compagne de Tony Parker.

À lire aussi :

>> 5 choses à savoir sur Alizé Lim

>> “HPI” : cette histoire vraie qui a inspiré le personnage d'Audrey Fleurot

>> "HPI" (TF1) : pourquoi la série n'a pas convaincu ce jeune surdoué

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles