Publicité

Anémie microcytaire : causes, symptômes, traitements

On connaît tous le terme d’anémie, qui fait généralement référence à une diminution du taux d’hémoglobine, une grande fatigue ainsi qu’une certaine pâleur.

Parmi les différents types d’anémie, on trouve l’anémie microcytaire, caractérisée par la présence de globules rouges plus petits que la normale, appelés “microcytes”.

La taille moyenne des globules rouges (VGM pour “volume globulaire moyen” ou MCV en anglais), se situe généralement entre 80 et 100 femtolitre (fL), détaille MSD Manuals.

Les cellules plus petites (inférieures à 80 fL, donc) sont considérées comme microcytaires, tandis que les cellules plus grandes (supérieures à 100 fL) sont qualifiées de “macrocytaires”, et sont un signe d'anémie macrocytaire, un autre type d’anémie.

Mais revenons à l'anémie microcytaire : les globules rouges présentent généralement une faible teneur en hémoglobine, ce qui les rend plus pâles que d'habitude, un état connu sous le nom d'hypochromie.

Cela entraîne une concentration moyenne d'hémoglobine dans les cellules (exprimée en MCHC, ou concentration corpusculaire moyenne d'hémoglobine) inférieure à la normale. Cette anémie est communément appelée "anémie microcytaire hypochrome".

Il existe plusieurs causes courantes de l'anémie microcytaire. Toujours selon MDS Manuals, les causes les plus fréquentes sont la carence en fer (on parle alors “d’anémie microcytaire ferriprive”), la thalassémie (groupe de maladies héréditaires), un empoisonnement au plomb, ou encore une carence en vitamine B6, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite