Un an après le retour des talibans, la vie des Afghanes est "détruite"

Mariages d'enfants, arrestations et détentions arbitraires, éducation inaccessible pour les filles... Dans un rapport détaillé mené de septembre 2021 à juin 2022 et s'appuyant sur des entretiens réalisés auprès de 90 femmes et 11 jeunes filles afghanes, âgées de 14 à 74 ans, l'ONG Amnesty International démontre comment le retour au pouvoir des talibans en août 2021 a dévasté la vie des femmes et des filles d'Afghanistan.

Ce rapport publié quasiment un an après la prise au pouvoir des talibans dénonce une "campagne répressive", laquelle a fait beaucoup de mal aux droits des femmes et des filles à l'éducation, au travail et à la liberté de mouvement, mais aussi engendré un lot de menaces, violences et arrestations infligées aux femmes.

Amnesty International évoque également une mise à mal du système de protection des personnes fuyant la violence domestique, système complètement "décimé", des arrestations abusives de femmes et des filles "pour des infractions mineures à des règles discriminatoires", une augmentation des mariages forcés en Afghanistan...

La secrétaire générale d'Amnesty International, Agnès Callamard, dénonce des "politiques draconiennes qui privent des millions de femmes et de jeunes filles de leur droit de mener une vie libre et épanouissante en sécurité".

"Cette répression s'intensifie chaque jour"

Les recherches de l'ONG, "confirmées par des organisations nationales et internationales présentes en Afghanistan",...

Lire la suite


À lire aussi

"Leur vie est en danger" : Khalida Popal, directrice de l'équipe féminine de foot afghane, alerte
Pourquoi le retour des talibans fait craindre le pire pour les femmes et les filles afghanes
"Ils ont détruit ma vie" : Fatima, la mère d'élève agressée par un élu RN, témoigne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles