Publicité

Anne Hathaway quitte une séance photo de Vanity Fair pour soutenir les travailleurs de Condé Nast

Anne Hathaway est solidaire des employés du groupe Condé Nast.

La star a quitté une séance photo pour Vanity Fair en soutien aux employés du groupe de presse. Mardi 23 janvier, plus de 400 employés travaillant pour des publications telles que Vanity Fair et Vogue ont entamé un arrêt de travail de 24 heures.

Selon CNN Business, ce débrayage est le résultat d'une « gestion illégale des négociations sur les licenciements et d'une négociation de mauvaise foi ». Plus de 300 licenciements ont été annoncés, ainsi qu’une réduction drastique des coûts.

La star du Diable s'habille en Prada devait participer à une séance de photos pour Vanity Fair hier, mais elle a décidé de se joindre au débrayage en signe de solidarité. Selon Variety, l’actrice a pris connaissance du mouvement de grève peu après son arrivée à la séance de photos. Son équipe a été « notifiée par un employé de la SAG-AFTRA de conseiller à Anne Hathaway de soutenir l'arrêt de travail ».

« Ils n'avaient même pas encore commencé à prendre des photos, a déclaré une source à Variety. Une fois qu'Anne a su ce qu'il se passait, elle s'est levée de sa chaise de maquillage et est partie. »

Le début du débrayage coïncidait avec l’annonce des nominations aux Oscars. Outre Vogue et Vanity Fair, le personnel d'Allure, de GQ, d'Architectural Digest, de Glamour, de Self et de Teen Vogue fait partie des participants à la grève. Les employés ont également défilé devant les bureaux de Condé Nast à New York.