Publicité

Appareils de ventilation et implants médicaux : l’ANSM alerte sur des risques d’interférences

Dans son actualité du 5 décembre, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle qu’il existe un “risque d’interférence électromagnétique entre les masques avec aimants pour appareils de ventilation (pression positive continue ou PPC) et des dispositifs médicaux implantés métalliques (par exemple des stimulateurs cardiaques)”. La société Phillips a informé l’ANSM de ce défaut en novembre 2022. Depuis, deux grands fabricants ont communiqué sur ce même défaut : il s’agit des fabricants Dräger et Resmed.

Comme l’explique l’ANSM dans son actualité, “ces interférences peuvent survenir lorsque les patients ou l’un des membres de leur foyer portent des dispositifs implantés métalliques et sont susceptibles de se trouver à proximité de ces masques contenant des aimants (à une distance inférieure à 15 cm)”. Selon le gendarme du médicament, “les interférences risquent d'entraîner un dysfonctionnement de ces dispositifs implantés”. Au total, 14 cas ont été recensés dans le monde, dont un en France.

Les patients utilisant les masques concernés seront contactés par les prestataires de santé à domicile (PSAD) afin de les informer sur les dispositifs médicaux implantés concernés ainsi que sur la conduite à tenir dans ce cas de figure. L’ANSM rappelle que “tout appareil avec aimant est susceptible de provoquer des interférences avec des dispositifs contenant des métaux”.

Si vous êtes équipé d’un masque avec aimants pour appareils de ventilation, deux cas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite