Après SFR, comment Orange, Bouygues et Free s'apprêtent à déployer la 5G

·1 min de lecture

Voilà des mois que les quatre opérateurs télécoms français, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR s’observent en mode veille concurrentielle. De la couverture territoriale aux offres commerciales en passant par les tests sur leurs réseaux et les enchères pour l’attribution de fréquences en octobre, l’arrivée en France de la dernière génération de téléphonie mobile a mis leurs équipes à rude épreuve. D’autant que les opérateurs doivent tous composer avec l’opposition de certains élus écologistes ou de gauche, notamment dans des grandes villes qui veulent faire barrage à la 5G.

Fidèle à sa réputation, SFR a mis un point d’honneur à être le premier à "allumer", comme il l’avait fait pour les passages à la 3G et à la 4G. Un enjeu d’image avant tout pour l’opérateur, qui a donné le coup d’envoi de la 5G vendredi à midi depuis Nice. Un choix judicieux puisque la "smart city" des Alpes-Maritimes se targue d’être une des villes les plus ouvertes à cette nouvelle technologie.

C’est 50% de la population niçoise qui est désormais couverte, à condition de souscrire une offre SFR spécifique et d’être équipé d’un smartphone compatible. Juste avant l’allumage de ses antennes, l’opérateur avait diffusé ses offres commerciales à destination du grand public et des entreprises, et publié la liste des agglomérations qu’il compte couvrir en 5G après Nice. On y trouve Montpellier, Bordeaux, Nantes, Marseille et le Grand Paris.

Lire aussi - 5G en Fra...


Lire la suite sur LeJDD