Au Kansas, les électeurs votent pour la préservation du droit à l'IVG

Abaca
Abaca

Depuis l'annonce de la décision de la Cour suprême des Etats-Unis de révoquer le droit à l'avortement, 43 cliniques au moins ont déjà arrêté de pratiquer l'IVG. Il a suffit d'un mois seulement. Mais malgré cet état des lieux des plus alarmants où les bonnes nouvelles sont rares, tout ne prête pas au désarroi outre-atlantique.

Ainsi en ce début août, les électeurs du Kansas viennent de voter en faveur de la préservation du droit à l'IVG. En majorité, lesdits électeurs souhaitent donc la garantie de ce droit fondamental malmené depuis des années dans certains Etats (du Sud notamment), et particulièrement contesté par la politique trumpienne.

Plus précisément, les électeurs du Kansas ont fait savoir leurs convictions en rejetant un amendement particulier. Cet amendement visait à supprimer de la Constitution le droit à l'IVG. En privilégiant le "NO", les votants rappellent le caractère constitutionnel de ce droit fondamental.

Une nouvelle importante

C'est donc là une nouvelle importante pour la société états-unienne et les personnes concernées de front par les récents bouleversements du droit constitutionnel. Le vote a eu lieu le 2 août dernier lors d'un premier scrutin - d'autres sont à venir d'ici novembre prochain. Le choix de la majorité autorise donc, comme le rappelle franceinfo, le droit à l'avortement jusqu'à 22 semaines de grossesse au sein du Kansas.

Une actualité d'autant plus étonnante qu'elle prend place dans un Etat...

Lire la suite


À lire aussi

"Je suis une lesbienne infertile et je n'ai pas le droit d'être traitée en France"
"Défendre les cheveux crépus, c'est défendre notre droit à exister sur la place publique"
Une femme sur deux privée du droit à disposer de son corps dans 57 pays

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles