Audrey Fleurot dit stop aux injonctions liées à la maternité

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans un entretien pour Paris Match, l’actrice de la mini-série HPI sur TF1 s’est livrée sur son rôle de maman. Audrey Fleurot en a également profité pour dénoncer les injonctions à la maternité qui sévissent dans nos sociétés actuelles.

Des mots francs qui lèvent un tabou. Dans les pages de Paris Match, l’actrice française aborde sans détour la pression liée à la maternité : « il faut être courageuse pour dire non à cette injonction. La société renvoie l'idée qu'on ne peut pas être une femme complète sans être mère ». Devenue maman à 38 ans d’un petit garçon prénommé Lou, Audrey Fleurot, même si elle est aujourd’hui comblée, avoue avoir été influencée par cette norme sociétale. « Je suis ravie d'être mère, je l'ai décidé. Mais on m'aurait dit que j'avais encore dix ans devant moi, je les prenais ». 

La course folle à l’éducation parfaite

Un peu plus loin dans l’interview, la star de la série télé Engrenages raconte que certaines mamans l’ont critiquées vis-à-vis du peu de temps qu’elle accordait à son fils en raison de son emploi du temps chargé. "Mon fils est très heureux avec son père", affirme-t-elle, tout en précisant qu’il n’y a pas un parent qui fait mieux les choses que l’autre. Audrey Fleurot déplore également la compétition sévère qui règne entre les parents lorsqu’il s’agit de l’éducation des enfants. « Ils doivent sauter une classe, être bilingue à trois ans, faire cinquante activités, etc… Mon fils est monté sur un vélo à 5 ans et non à 4, et j’étais en panique ». Un discours mêlant humour et sincérité qui fait du bien.

A lire aussi : Audrey Fleurot : "Le mouvement #MeToo m'a...

Lire la suite sur Femina.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles