Aurélie Filippetti : son ex Thomas Piketty condamné après l'avoir accusée de violences envers ses filles

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La cour d'appel de Paris a tranché. Thomas Piketty a été condamné le 25 mai 2022 à verser un euro symbolique en réparation du préjudice subi par son ex-compagne Aurélie Filippetti, après ses propos accusant l'ancienne ministre de la Culture et de la Communication de violences à l'encontre de ses filles en 2019. L'économiste a également été sommé de rembourser ses frais de justice d'un montant de 3.500 euros, révèle le quotidien Libération. Le 13 janvier 2021, le tribunal judiciaire de Paris avait débouté l'ancienne membre du Parti socialiste de ses demandes en première instance. Aurélie Filippetti avait déposé plainte en diffamation le 28 novembre 2019, comme elle l'avait alors annoncé sur son compte Facebook.

Comment a commencé ce feuilleton judiciaire ? Tout commence en 2009, lorsque l'ancienne députée dépose plainte contre Thomas Piketty pour des faits de violences conjugales. Une affaire qui fait du bruit. "La procédure avait fait l’objet, après une médiation, d’un classement sans suite, mais avec rappel à la loi à l’encontre de l’économiste, qui s’était excusé dans une lettre", rappelle Libération. En novembre 2019, l'économiste donne une conférence filmée à l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) de Toulouse et il est interpellé par une étudiante, qui lui avait demandé : "Vous avez reconnu en 2009 avoir battu votre ex-conjointe. Je voulais savoir ce que vous pensiez du fait de faire cette conférence alors que dans trois jours, le 23 novembre, on va avoir la Marche contre les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles