Benjamin Lavernhe dans le film « les Engagés » : « Jouer, c'est donner un peu de son âme »

Thomas Samson / Pool / Bestimage

Comment avez-vous abordé David, que vous incarnez ? Cet engagé qui s'ignorait jusqu'à sa rencontre avec un jeune migrant...

Benjamin Lavernhe : Je ne suis pas loin de lui, car, moi non plus, je ne suis pas militant. David n'est pas politisé. On ne sait pas ce qu'il pense de la politique migratoire actuelle en France, et peu importe, car ce qui compte, c'est qu'il croise sur la route, à Briançon, un autre être humain qu'il évite de justesse en voiture, et qu'il ressent de l'empathie envers lui. Sans savoir pourquoi ce jeune est poursuivi, il le planque. Cet instinct de fraternité m'a parlé et d'ailleurs, il appartient à notre devise française. J'ai aimé son cheminement interne : comment ouvrir ses œillères ? Jusqu'à quand peut-on rester sourd et aveugle au monde qui vient frapper à la porte de son foyer bien protégé ? Il est face à une énorme révolution personnelle qui le prend aux tripes.

Un tel personnage est-il alors plus qu'un simple rôle ?

B.L. : C'est un sujet qui oblige l'interprète à s'y intéresser profondément. On ne peut pas être détaché en matière d'empathie face à une situation géopolitique hors norme qui a lieu à nos frontières. Ce rôle pose aussi la question de l'impli-cation personnelle : jusqu'où aller, ou ne pas aller, au-delà de mon métier ? Le refuge solidaire dans lequel nous avons tourné existe. Nous avons travaillé avec des bénévoles d'associations, des exilés qui vivaient à Briançon. Nous étions...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi