Publicité

"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati

"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati . © Stéphane Lemouton/Bestimage - BestImage, Stephane Lemouton / Bestimage
"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati . © Stéphane Lemouton/Bestimage - BestImage, Stephane Lemouton / Bestimage

En direct à l'antenne de France 5, un terme abject a été employé, par l'éditorialiste Yves Thréard, pour désigner la ministre de la culture Rachida Dati : beurette. C'est non.

"C'est la petite beurette qui est montée dans les échelons...". On hallucine devant cette définition employée par l'éditorialiste Yves Thréard sur le plateau de "C dans l'air", l'émission de France 5, pour désigner... Rachida Dati. Stupéfaction face à l'emploi de ce terme : "Beurette". Qui, bien antérieur à la nomination de l'actuelle ministre de la culture, renvoie à des décennies d'imaginaire raciste et de fétichisation qui l'est tout autant.

C'était le 7 février, en direct, face à Caroline Roux, et si la phrase a suscité peu de réactions sur le plateau, ce ne fut naturellement pas le cas sur les réseaux sociaux. Ce court extrait a abondamment été relayé. "C'est trop pour lui de dire que c'est une femme d'origine maghrébine qui a fait des études", "Le racisme c'est open bar aujourd'hui en France ! Je suis choquée", "Etre cantonnée à un statut de beurette même quand on est ministre , c'est sans espoir, la France est définitivement un pays raciste", sont venus s'exclamer les spectateurs.

C'est bien légitime : la désignation de "beurette" s'inscrit profondément dans un lexique d'un racisme décomplexé et bien des paroles peuvent en témoigner.

On explique.

Beurette, un fantasme bien français

Pour saisir la teneur de cette expression, il suffit par exemple de se plonger dans l'enquête "Beurettes, un fantasme français", des journalistes et chercheuses Sarah Diffalah et Salima Tenfiche. Mot chargé de désigner les...

Lire la suite


À lire aussi

Merci pour les travaux : Valérie Damidot tacle les harceleurs grossophobes
Sensible, poétique, féministe : ce roman graphique est une merveille de douceur
Victime de violences sexuelles, Jeanne Mas veut qu'on "éduque les hommes"