Publicité

Blocages des agriculteurs : ce que le gouvernement veut changer sur l’étiquetage « Made in France »

CONSOMMATION - Pas d’estampillage « Made in France » pris à la légère. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a annoncé ce jeudi 1er février un très grand nombre de contrôles sur l’origine française des produits, avec une lourde pénalité en cas de fraude.

Blocages des agriculteurs : Gabriel Attal fait de nouvelles annonces sur les prairies, les retraites ou les pesticides

Le gouvernement va contrôler dans les prochains jours « toutes les plus grandes chaînes de supermarchés » sur le respect de la loi Egalim qui vise à protéger la rémunération des agriculteurs, a annoncé le ministre lors d’une conférence de presse pour répondre à la colère agricole. Il a également annoncé que les produits présentés comme étant d’origine française seront eux aussi scrutés, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Des amendes qui pourraient atteindre 10 % du chiffre d’affaires

Bruno Le Maire a notamment évoqué les produits agricoles estampillés d’un drapeau français qui laissent penser aux consommateurs qu’ils ont été produits en France, alors que ce n’est pas le cas.

« Il est inacceptable que cette origine France, qui est gage de qualité, soit galvaudée ou contournée par un certain nombre d’industriels au détriment de la production de nos agriculteurs. Il est donc hors de question qu’il puisse y avoir tromperie sur la marchandise », a-t-il dénoncé.

Le ministre de l’Économie a alors donné un exemple très concret. « Quand un poulet est présenté avec un drapeau français sur l’emballage, le consommateur est fondé à penser qu’il a été produit en France. Trop souvent, ce n’est pas le cas. »

Pour mettre fin à ce type de fraude, le gouvernement va organiser plus de 10 000 contrôles avec des sanctions qui pourraient atteindre « 10 % du chiffre d’affaires des industriels ou des distributeurs qui auraient fraudé sur l’origine française des produits agricoles ».

Le ministre n’a toutefois pas précisé en quoi consisteront ces contrôles. Néanmoins l’initiative a été salué par le président des Jeunes Agricultuers. « La volonté du gouvernement de contrôler que les produits sous drapeau français soient bien d’origine France nous semble être une bonne voie, il faut le faire », a déclaré Arnaud Gaillot en conférence de presse.

À voir également sur Le HuffPost :

L’Assemblée nationale, nouvelle cible des agriculteurs en soutien aux interpellés

Blocages des agriculteurs : jouissent-ils d’un traitement de faveur de la part des forces de l’ordre ?