Boire deux boissons alcoolisées par jour « n'est pas bon pour la santé »

Les experts recommandent de ne pas boire plus d’1,4 boissons alcoolisées par jour. [Photo: Getty]

Boire 2 boissons alcoolisées par jour présenterait des dangers, d’après des responsables de la santé australiens.

Le National Health and Medical Research Council (NHMRC) de Canberra a publié un rapport afin d’encourager les citoyens à ne pas consommer plus de 10 boissons par semaine, soit environ 1,4 par jour.

En 2009, il avait affirmé que boire 2 boissons toutes les 24 heures, soit 14 par semaine, était « sans danger ».

Le conseil a depuis examiné de nouvelles preuves et a déclaré que le risque de décès des suites d'une maladie ou d'une blessure liée à l'alcool était inférieur à 1 % si la consommation restait en-dessous de 10 verres par semaine.

« Si tous les Australiens respectent ces lignes directrices, nous n’éviterons pas chaque décès lié à l'alcool, mais nous sauverons des milliers de vies, en particulier chez les plus jeunes », a confié le professeur Brendan Murphy, médecin en chef en Australie (chief medical officer).

Le NHMRC souligne cependant qu’il est préférable de s'abstenir complètement plutôt que de simplement réduire sa consommation.

« Nous ne sommes pas en train de dire que ce taux élimine complètement les risques », a déclaré la professeure Anne Kelso, PDG du NHMRC.

« Mais, moins vous buvez, plus les risques de dégâts liés à l'alcool sont faibles ».

« Pour certaines personnes, ne pas boire du tout est l'option la plus sûre ». Il s'agit notamment des personnes âgées de moins de 18 ans, des femmes enceintes et de celles qui tentent d’avoir des enfants.

Au Royaume-Uni, les lignes directrices du chef médical recommandent aux hommes et aux femmes de ne pas consommer plus de 14 unités d'alcool par semaine.

Cela représente 6 pintes de bière à 4 %, 6 verres de 175 ml de vin à 13 % et 14 verres de 25 ml de whisky à 40 %. Les lignes directrices recommandent de bien espacer la consommation sur plusieurs jours, en s’assurant de ne pas boire du tout d’alcool certains jours de la semaine.

Aux États-Unis, les lignes directrices du gouvernement recommandent « jusqu'à une boisson par jour chez les femmes et jusqu'à 2 chez les hommes ». Cela représente environ 350 ml de bière à 5 %, 150 ml de vin à 12 % et 45 ml de spiritueux à 40 %.

Les nouvelles lignes directrices du NHMRC ont été révélées suite à 3 ans de recherche sur le lien entre l'alcool et la maladie, et les citoyens sont libres de choisir s'ils souhaitent les prendre en compte ou non.

« Nous ne disons pas aux Australiens quelles quantités consommer », a déclaré le professeur A. Kelso.

« Nous partageons des conseils sur les risques pour la santé liés à la consommation d'alcool afin que nous puissions prendre des décisions éclairées au quotidien, pour nous-mêmes et pour nos enfants ».

Kate Conigrave, présidente du comité sur l'alcool du NHMRC et professeure spécialiste de la médecine de la dépendance au Royal Prince Alfred Hospital de Sydney, a elle-même observé les conséquences de l’abus d’alcool.

« [J'ai vu] des jeunes aux urgences tellement ivres qu’ils mettaient leur propre vie en danger », a-t-elle confié au Guardian.

« Certains risquaient de ne plus pouvoir respirer. J’ai également vu des visages bien amochés, chez des personnes jeunes et âgées ».

Les personnes qui réduisent ou arrêtent complétement l'alcool dorment mieux, ont une tension normale et sont de meilleure humeur, précise la professeure K. Conigrave.

L'alcool est un « produit chimique puissant » qui peut endommager quasiment toutes les parties du corps lorsqu’il est consommé en excès, d'après le NHS.

Au fil du temps, de nombreux maux ont été associés à l’alcool, comme l'hypertension, les AVC, les maladies du foie, la dépression, l'infertilité, l'impuissance et même la démence.

Il est également associé à plusieurs types de cancer, comme celui du foie, de la bouche, du sein, des intestins, de la tête et du cou.

Alexandra Thompson