Publicité

Brad Pitt heureux et amoureux, Ines de Ramon a emménagé avec lui

Il ne le dit ni ne le montre, mais Brad Pitt "ne pourrait pas être plus heureux". La raison à tout ce bonheur ? Sa discrète compagne, Ines de Ramon, qui est entrée dans sa vie il y a un an et demi. Depuis qu'il s'est séparé d'Angelina Jolie, en 2016, Brad n'est pas resté les bras ballants, à se morfondre sur son triste sorti. Il est bien sorti avec quelques jolies femmes (des stars ? des anonymes ?), mais là, "c'est sa première relation sérieuse, souligne un proche du comédien auprès People. Avec Ines, il a retrouvé son étincelle. C'est vraiment incroyable à voir. Brad est un homme formidable. Il mérite d'être heureux".

  • Mr and Mrs Smith : avant la série, il y a eu un film qui n’aurait jamais dû réunir Brad Pitt et Angelina Jolie

Brad Pitt, un homme heureux

D'après cet informateur, ce que Brad Pitt, 60 ans, apprécie chez Ines de Ramon, 31 ans, c'est qu'elle est tout simplement "gentille, drôle et très spéciale". La jeune femme, à la tête de la marque de bijoux Anita Ko, serait, elle aussi, sur son petit nuage. Et preuve que c'est du sérieux, depuis peu, ils vivraient sous le même temps. "Ils passaient tellement de temps ensemble chez Brad qu'il était logique qu'Ines emménage avec lui, a souligné cette source. Brad est très heureux et adore passer du temps avec elle. Emménager ensemble était une chose naturelle". Ines a quand même gardé son propre appartement. On ne sait jamais. Il y a quelques jours, la Page Six du New York Post avait (...)

Lire la suite sur Grazia

Voici 7 raisons qui expliquent pourquoi vous êtes tout le temps fatiguée et comment y remédier
Les looks les plus audacieux portés par les stars aux People's Choice Awards 2024
"He-vage" : quelle est cette tendance mode sulfureuse adoptée par de nombreuses stars masculines sur les tapis rouges ?
Anya Taylor-Joy ose le soutien-gorge haute couture à la Fashion Week londonienne
Une diététicienne dévoile ce que valent réellement les boissons protéinées et c’est loin de l’idée que l’on s’en faisait