César 2020 : voici la liste complète des gagnants

Ophélie Daguin

La très attendue 45e cérémonie des César s’est déroulée ce samedi 28 février, Salle Pleyel, à Paris. Une soirée prestigieuse présidée par Sandrine Kiberlain et animée (pour la seconde fois) par l’humoriste Florence Foresti. Au programme : punchlines, émotions en pagaille, pas de danse et flopée de récompenses.

Florence Foresti ouvre la 45e cérémonie des Césars en grande pompe sur un air de Billy Preston, « Nothing From Nothing », accompagnée d’une troupe de danseurs grimée en Joker. Un joli clin d’œil au film de Todd Phillips, maintes fois récompensé. La maitresse de cérémonie s’est fendue de quelques vannes piquantes, notamment sur la polémique autour du film « J’accuse » et des accusations pesant sur son réalisateur, Roman Polanski. Des punchlines qui ont provoqué l’hilarité générale. Sandrine Kiberlain, présidente, a ensuite pris la parole pour prononcer un discours d’ouverture sobre et juste, rappelant que cette année était résolument celle « de la parole libérée ». 

Le premier prix de la soirée, le césar du meilleur espoir masculin, a été décerné par Karidja Toure et Déborah François, à Alexis Manenti pour « Les Misérables ». Le césar des meilleurs décors a été attribué à Stéphane Rozenbaum pour « La Belle époque ». Le césar pour les meilleurs costumes est quant à lui revenu à Pascaline Chavanne pour « J’accuse ».

Les_Mise__rables_3__c__SRAB_Films_-_Rectangle_Productions_-_Lyly_films

© Le Pacte

Après un discours engagé dénonçant le manque de diversité dans le cinéma français, Aïssa Maïga a remis le césar du meilleur espoir féminin à Lyna Koudri, pour son rôle bouleversant dans « Papicha ». La jeune actrice, émue, a livré un discours inspirant sur la scène de la salle Pleyel. Le film a d’ailleurs remporté le Grand Prix du Cinéma ELLE 2019.

« La...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi