Ça commence aujourd'hui - "Business sordide et dangereux", "terrible", "quelle horreur" : les twittos et Faustine Bollaert remués par les témoignages du jour

·5 min de lecture

Ce jeudi 17 mars 2022 à 13h55 sur France 2, Ça commence aujourd'hui s'intéressait au drame de la prostitution des moins de 20 ans. Un sujet qui a beaucoup remué l'animatrice Faustine Bollaert, mais également les twittos, mi-choqués mi-reconnaissants que des témoignages forts soient partagés en guise de prévention.

Capture écran France 2 direct/ça commence aujourd'hui
Capture écran France 2 direct/ça commence aujourd'hui

Chaque jour, Faustine Bollaert récolte des témoignages sincères sur différents sujets de société dans son émission Ça commence aujourd'hui. Des thèmes tantôt légers, tantôt dramatiques, que l'animatrice parvient à aborder avec toute la bienveillance qui la caractérise, et qui passionnent les téléspectateurs. Mais aujourd'hui, certains internautes ont regretté de ne pas tout à fait retrouver cet ADN, l'animatrice semblant à fleur de peau. Pour développer le thème du jour, "à moins de 20 ans, elles sont tombées dans la prostitution", deux jeunes femmes et une maman de victime étaient présentes sur le plateau. Cassandra, passionnée de danse, a ainsi vendu des vidéos d'elle en train de danser en petites tenues à des inconnus. "J'ai grandi avec les clips des années 2000 avec toutes les filles qui se trémoussent […] J'avais envie de leur ressembler", explique celle qui raconte avoir été rapidement passionnée par le twerk.

A 18 ans, elle décide se lancer dedans et commence à se faire un nom sur internet. C'est là que les premières propositions d'argent pour des "vidéos personnalisées à la demande" ont commencé à arriver. "Ces hommes voulaient décider de comment j'allais être habillée, comment j'allais danser etc". Cassandra refuse pendant des années, mais finit par craquer au moment où elle reprend son BTS et risque de manquer d'argent. La jeune femme a tenu cependant à préciser qu'elle s'était selon elle toujours protégée, malgré la tendance de certains clients à demander toujours plus. Elle refusait ainsi de montrer sa poitrine, "en bas", de danser entièrement nue et de réaliser des actes sexuels. Lors du montage de ses vidéos, le témoin explique avoir également fréquemment coupé les séquences qui la gênaient.

"D'accord mais mine de rien c'étaient des vidéos sexualisées...", a alors réagi Faustine Bollaert, avec une inquiétude palpable. "Mon instinct de mère s'interroge. Vous faisiez ça dans votre chambre d'ado pendant que la famille dînait ?". Plus tard, alors que Cassandra expliquait avoir parfois réalisé ses vidéos devant sa petite sœur, l'animatrice a rebondi : "Vous vous demandiez quelle résonance ça pouvait avoir dans sa tête ?". Des questions que certains internautes ont trouvé empreintes de jugement. Une fois n'est pas coutume, l'accueil réservé sur le plateau à son témoignage n'a pas été à la hauteur selon eux...

En effet, les twittos ont avant tout été saisis par la puissance des récits, qu'ils ont estimé être d'utilité publique. Et notamment ceux des deux autres invitées du jour : Alexine, qui est allée jusqu'à avoir des rapports tarifés avec des hommes, -et ce, alors qu'elle aime les femmes -, pour payer ses études, et qui dit en garder de lourdes séquelles. Et Jennifer, 33 ans, qui a découvert que sa fille était tombée dans la prostitution à cause de son petit ami, l'a retrouvée notamment malade de la gale, et qui a tout fait pour l'en sortir. "Moi aussi j'ai une boule au ventre, car vous avez soulevé beaucoup de questions, vous m'avez beaucoup émue, on ne sort pas indemne de cette émission, elle secoue beaucoup..." a conclu Faustine Bollaert, qui paraissait éprouvée à la fin de cette heure d'échanges. Sur twitter aussi, l'émotion était palpable...

Vidéo. Découvrez le portrait de Faustine Bollaert

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles