Publicité

Un cas de parasomnie extrême : un patient se mutile les parties génitales dans son sommeil

La parasomnie est classée en deux catégories distinctes : les parasomnies non-REM et les parasomnies REM. Les parasomnies non-REM apparaissent pendant la phase du sommeil dite "non-REM", tandis que les parasomnies REM se produisent pendant le sommeil paradoxal, également appelé REM (pour rapid eye movements). Les premières, non-REM, sont relativement fréquentes, particulièrement chez les enfants, et concernent environ 1 à 4 % de la population adulte. Elles peuvent prendre différentes formes : somnambulisme, troubles alimentaires liés au sommeil, terreurs nocturnes chez les enfants ou un état de confusion caractérisé par une attitude troublée, une désorientation et peu de souvenirs au réveil. Les parasomnies REM, en revanche, sont plus rares et peuvent être associées à des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson ou la démence à corps de Lewy. Les deux manifestations caractéristiques des parasomnies REM sont la paralysie du sommeil et les comportements anormaux, parfois violents pour la personne affectée et autrui. D’autres troubles associés peuvent aggraver ces parasomnies, comme l'apnée du sommeil obstructive, qui est l'un des facteurs les plus importants (source 1).

Un cas extrême

Un cas particulièrement violent de parasomnie a été rapporté par des médecins dans la région centrale du Ghana. Un fermier ghanéen âgé de 47 ans s'est...

Lire la suite