C'est quoi le syndrome d'hubris, ce trouble dont souffrirait Vladimir Poutine ?

·1 min de lecture

Vladimir Poutine serait-il atteint du syndrome d'hubris ? C'est ce qu'affirment en tout cas des médecins qui ont récemment observé son comportement, comme le relaie Slate. Mais quel est ce syndrome dont souffrirait le président de la fédération de Russie ?

"C'est un désordre narcissique et une confiance en soi hypertrophiée qui feraient perdre le sens de la réalité", définit Slate. Un désordre qui rimerait avec démesure, voire même avec paranoïa. Et ce trouble ne serait pas employée à la légère, car il inquiète les spécialistes.

C'est le cas de Jacques Touchon, neuropsychiatre, qui déclare à Ouest France : "Vladimir Poutine, il faut simplement l'arrêter de toute urgence. On voit clairement que si l'on ne freine pas une personne qui est atteinte par le syndrome d'hubris, comme c'est le cas de Vladimir Poutine, cela entraîne des catastrophes".

"Il s'applique à des dictateurs"

Si le principe d'hubris renvoie à la Grèce antique, désignant l'excès et la démesure, la notion de syndrome d'hubris serait quant à elle employée depuis six ou sept ans seulement dans les médias. Elle désignerait simplement "les troubles du comportement liés à la démesure". Plus encore, il s'agirait d'un sentiment de toute-puissance "caractérisé par une confiance en soi hypertrophiée et une inflation narcissique".

Selon le chercheur Ian H. Robertson qui a étudié le phénomène sur une espèce de poissons évoluant dans le Lac Tanganyka en Afrique, le pouvoir...

Lire la suite


À lire aussi

Ligue du LOL : c'est quoi et quelles conséquences pour les harceleurs ?
Vladimir Poutine se vautre dans le sexisme face à la journaliste Hadley Gamble
Le syndrome de congestion pelvienne, ce trouble souvent confondu avec l'endométriose

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles