« Une chambre aux mauvaises filles » : la punition que Marilyn Manson infligeait à ses compagnes

·1 min de lecture

Le chanteur Marilyn Manson est accusé d’agressions sexuelles, viols et violence par plusieurs de ses anciennes compagnes.

Elles se nomment Esmé Bianco, Evan Rachel Wood, Ashley Morgan Smithline et toutes accusent le même homme : Marilyn Manson. Ces jeunes femmes affirment avoir été victimes de violences sexuelles, de viols, de coups et d’humiliations lors de leurs relations respectives avec le chanteur. Un nouveau témoignage vient s’ajouter, celui du mannequin Sarah McNeilly, qui a accepté de témoigner dans la grande enquête menée par le magazine « Rolling Stone ». Ses révélations sont glaçantes. Sarah McNeilly rencontre Marilyn Manson en 2011. Aux premiers abords, elle le décrit comme « super charismatique et chaleureux ». Dès le lendemain, le musicien, de son vrai nom Bryan Hugh Warner, lui envoie de nombreux messages afin de la revoir. Une proposition qu’elle décline poliment : « Non, merci. Je suis sûr que vous êtes un gars formidable, mais je ne veux plus sortir avec des musiciens. » La réponse du chanteur est troublante : « Je ne suis pas musicien, je suis magicien. » 

Violence et manipulation

Une semaine passe et la jeune femme accepte un rendez-vous avec lui. C’est le début d’une relation qui semble parfaite. « Il fait tout pour que vous lui fassiez confiance. Il semblait très vulnérable. Mais c'était aussi pour apprendre à me connaître, à savoir ce qui me faisait tiquer et où il pourrait tirer les ficelles plus tard », raconte-t-elle. Sarah McNeilly s’aperçoit que tout va trop vite. Pendant un rapport sexuel, Marilyn Manson lui fait une...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles