Des chercheurs établissent un lien entre l’obésité et cette maladie de l’œil très fréquente

iStock/Zinkevych

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (ou DMLA) est une maladie chronique de la zone centrale de la rétine, appelée macula. Elle atteint en effet la région maculaire, c'est-à-dire la zone centrale de la rétine, entraînant une perte progressive de la vision centrale, fine des détails (gêne pour la lecture de près, la conduite automobile...). Elle laisse habituellement intacte la vision périphérique ou latérale, c’est pourquoi les patients atteints de DMLA ne deviennent donc jamais aveugles puisqu’ils gardent leur vision périphérique. On distingue deux formes évolutives de DMLA, la forme atrophique (ou « sèche ») et la forme exsudative (ou « humide »), qui ont les mêmes conséquences sur la vision mais évoluent à des vitesses différentes. La première est de loin la plus fréquente : cette forme contre laquelle il n’existe aucun traitement évolue lentement, mais inéluctablement vers une baisse sévère de l’acuité visuelle et se caractérise par la disparition progressive des cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine et des cellules photoréceptrices.

La DMLA exsudative ou « humide » est la forme la moins fréquente mais la plus bruyante : elle se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux (« néovaisseaux ») sous la rétine, qui vont la détruire et diminuer la vision. A noter que l’Assurance maladie estime que dans les années à venir, compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie, le...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi