Publicité

Cheveux blancs : cette technique tendance pour les fondre élégamment dans la chevelure

La balayage inversé

Contrairement au balayage classique, qui vise à éclaircir les demi-longueurs et les pointes, le balayage inversé consiste à éclaircir légèrement les racines tout en gardant les longueurs et pointes dans des tons plus foncés. Cette méthode permet d'obtenir un résultat harmonieux, en intégrant subtilement les cheveux blancs à la chevelure, sans chercher à les masquer.

Transition naturelle

Recommandé par des experts de la coiffure, comme le site Dessange, le balayage inversé permet une transition en douceur vers une chevelure assumant pleinement ses nuances naturelles. Cette méthode offre un contraste subtil et élégant, idéal pour ceux qui embrassent leur évolution capillaire tout en souhaitant revitaliser leur couleur.

Un choix personnalisé

Cette technique s'adapte à toutes les longueurs de cheveux et est particulièrement adaptée aux cheveux matures. Que vous ayez une chevelure grisonnante ou entièrement blanche, le balayage inversé rehausse votre look en boostant la couleur naturelle qui commence à perdre de son éclat.

Pour les cheveux gris ou poivre et sel

Les professionnels suggèrent, pour les cheveux gris ou poivre et sel, d'opter pour un balayage inversé aux nuances de brun cendré, agrémenté de quelques reflets noirs. Cette combinaison crée un effet sophistiqué et profond, valorisant la texture unique de chaque chevelure.

Les cheveux blancs éclatants

Pour les cheveux majoritairement blancs, la recommandation (...)

Lire la suite sur Closer

Disparition de Lucie, 16 ans, dans la Meuse : cet indice crucial dans la boîte aux lettres de ses parents
“Impénétrable, non” : gros malaise pour Léa Seydoux dans Quotidien, Timothée Chalamet ne l’aide pas du tout
Cyril Hanouna en couple avec Kelly Vedovelli ? La chroniqueuse en dit un peu trop et lâche un indice de taille
Affaire Gérard Depardieu : “ça m’a énervé”, Kev Adams pousse un violent coup de gueule
Disparition d’Erwan dans les Deux-Sèvres : cette “difficulté particulière” qui complique les recherches