Publicité

"Chinetoque" : Oui, le racisme anti asiatique existe (Emilie Tran Nguyen s'alarme)

"Chinetoque" : Oui, le racisme anti asiatique existe (Emilie Tran Nguyen s'alarme) - BestImage, COADIC GUIREC / BESTIMAGE
"Chinetoque" : Oui, le racisme anti asiatique existe (Emilie Tran Nguyen s'alarme) - BestImage, COADIC GUIREC / BESTIMAGE

Contrairement à ce que suggèrent certains éditorialistes de plateaux et autres internautes énervés, le racisme anti asiatique existe bel et bien. En France c'est un fléau. La journaliste Emilie Tran Nguyen prend la parole à ce sujet et c'est important.

Est-ce là l'une des luttes les plus ignorées de toutes ? En France, le racisme anti-asiatique se perpétue, mais ne semble guère motiver de mobilisations, hormis celles des personnes concernées. Pourtant, les discriminations, les violences et la fétichisation ne manquent pas, loin de là, à l'égard des femmes et des hommes.

Cela, c'est ce que démontre largement le documentaire "Je ne suis pas chinetoque – Histoire du racisme anti-asiatique" de Emilie Tran Nguyen, à rattraper sur la plateforme de France TV fissa. Une enquête parcourue de témoignages et qui rappelle que stéréotypes, clichés et "fétichisation" post-coloniale n'évoluent guère.

La journaliste, au père d'origine vietnamienne, témoigne du racisme qu'elle a subi, mais tend aussi le micro à l'acteur et comique Frédéric Chau, à des militants, à sa propre famille... Utile pour dévoiler une haine qui fait système. Elle raconte : "On m'a traitée de 'bol de riz', 'chinetoque', 'Mulan'. Mon nom c'est Émilie Tran Nguyen, et tous ces mots je les entends depuis mon enfance, parfois encore aujourd'hui"

Un "phénomène" qui ne concerne pas seulement la France. L'on sait que durant la pandémie de Covid, les attaques contre la communauté asiatique se sont multipliées aux Etats-Unis. L'on se souvient à ce titre de la prise de position du célèbre groupe de K-Pop BTS à la Maison Blanche, venu dénoncer ledit racisme. C'était en mai 2022. Et le groupe superpopulaire abordait frontalement "les crimes anti...

Lire la suite


À lire aussi

"On fait des plus sensibles des proies !" : Mathilda May soutient Judith Godrèche et tacle le patriarcat
"Un jour, ça passera... ou jamais !" : EnjoyPhoenix sensibilise au fléau de l'anorexie
Pour Miou-Miou, le cas Gérard Depardieu "relève de la psychiatrie"