Colique néphrétique : les symptômes à reconnaître

fizkes/Istock

Les coliques néphrétiques sont caractérisées par une douleur intense et unilatérale survenant soudainement au niveau de la région lombaire et abdominale. Dans une immense majorité des cas, l'augmentation de la pression dans les voies urinaires est provoquée par un calcul rénal ayant migré dans l’uretère et bloquant l’écoulement des urines. On parle alors de colique néphrétique aiguë d’origine lithiasique. Comme l’indique la Société Française d’Urologie, la colique néphrétique peut dans certains cas être provoquée par une tumeur ou encore des rétrécissements inflammatoires ou cicatriciels.

Le premier symptôme de la colique néphrétique, et le plus bruyant, est évidemment la douleur. Celle-ci est très intense, en “coup de poignard”. La douleur apparaît soudainement dans le dos puis irradie autour du flanc, parfois jusqu’à l’aine et aux organes génitaux. Elle survient aussi bien chez la femme que chez l’homme, même si on observe une légère prédominance chez l’homme. Cette crise est parfois qualifiée de “frénétique” car le patient n’est soulagé dans aucune position. Les crises de douleur durent entre quelques minutes et plusieurs heures, avant parfois de s’apaiser puis de repartir de plus belle. Il n’est donc pas rare que le patient soit anxieux et agité.

La colique néphrétique est une urgence car il est impératif de déterminer l’origine de cette douleur intense et de la soulager. Aux urgences, et en l'absence de contre-indications, le patient reçoit généralement une injection d’anti-inflammatoire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite