Le confinement impacte-t-il notre sexualité ?

·1 min de lecture

Confinés pour la seconde fois en à peine une année, nous avons vu plusieurs pans de notre vie mis à rude épreuve. Qu’en est-il de la libido ? Pour répondre à cette question, l’Ifop a interrogé plus de 2 000 Français âgés de 18 à 69 ans pour le compte du site Gleeden. Premier point : 76% des Français ont été confinés en couple ou ont un partenaire sexuel régulier.

Moins d’une fois par semaine. Sur la totalité des répondants, 12% disent avoir eu en moyenne 3 rapports sexuels par semaine avant le confinement, 8% lors du premier confinement et 11% au cours du second. Mais la majorité a avoué moins d’un rapport sexuel par semaine : 24% avant le confinement, 20% pendant le premier et 23% pendant le second.

En creusant un peu plus loin, le huis clos a laissé apparaître quelques points négatifs : 47% rapportent un manque de tendresse et de câlins, 35% un manque de sexe, 32% une baisse de leurs envies coquines.

Au nom du désir. Pour satisfaire leurs envies, 59% des personnes interrogées ont transgressé le confinement : 21% une seule fois et 38% plusieurs fois.

Le sexe, pas un sujet de dispute. Enfin, au-delà de l’aspect purement sexuel, plus de trois quarts des Français (78%) trouvent que leur relation de couple s’est améliorée avec le confinement. Pour autant, les disputes n’ont pas franchement cessé. Premier motif ? Les enfants, suivis de la famille, de l’argent, du travail… et du sexe en dernière position.

* Étude Ifop pour Gleeden réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 30 novembre 2020 auprès d’un échantillon de 2 017 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles