Covid : la liste de nos ennemis

·2 min de lecture

Claviers, portables, briquets… Le danger est à portée de main. Enquête auprès de virologues.

Masqués, reclus à domicile et contraints au télétravail, nous continuons de manipuler des objets, de poser nos doigts sur des surfaces que d’autres personnes, possiblement contagieuses, ont effleurées. Cette voie de contamination fait l’objet d’études depuis février dernier, lorsque le paquebot de croisière « Diamond Princess » fut évacué de ses 3 700 passagers. Parmi eux, 697 attrapèrent le Covid-19. On découvrit alors que du Sars-CoV-2 avait survécu jusqu’à dix-sept jours en certains endroits. D’autres laboratoires, ayant affiné cette trouvaille inquiétante, ont établi que ce coronavirus fait montre d’une exceptionnelle capacité à se maintenir dans l’environnement, bien plus longue que celle des virus grippaux.

Lire aussi:Covid-19 : Faut-il s'inquiéter de la mutation du virus au contact du vison?

Dans une étude publiée par le « Virology Journal », l’organisation nationale australienne de recherche scientifique calcule ainsi qu’il persiste vingt-huit jours sur de l’Inox, du verre, du papier et du plastique à température environnante de 20 oC. Si celle-ci grimpe à 30 oC, il résiste sept jours et, lorsque le thermomètre atteint les 40 oC, il disparaît après quarante-huit heures. « Ces expériences ne reflètent pas notre vie quotidienne », relativise la professeure Astrid Vabret, spécialiste des coronavirus depuis vingt ans. La réalité est en effet plus complexe, car ce maintien dépend de l’humidité, de l’air circulant ou pas et de la lumière, dont le Covid supporte mal les UV. S’il peut subsister quatre semaines sur une feuille posée sur une paillasse de laboratoire, il n’arrivera pas à tenir aussi longtemps si celle-ci est posée devant une fenêtre régulièrement ouverte. Hors de nos corps, il se dégrade car il n’est(...)


Lire la suite sur Paris Match