Publicité

"Lui cracher dessus" : Benjamin Biolay s'exprime sur Gabriel Matzneff

"Lui cracher dessus" : Benjamin Biolay s'exprime sur Gabriel Matzneff - Abaca
"Lui cracher dessus" : Benjamin Biolay s'exprime sur Gabriel Matzneff - Abaca

Trois ans après la sortie du "Consentement", où en est-on au juste ? Pour Benjamin Biolay, il y a eu un avant et un après "Affaire Matzneff". En tout cas, d'une certaine manière...

En ce moment et jusqu'au 6 avril, on peut assister au Théâtre du Rond-Point aux représentations d'une pièce-événement : "Le Consentement", mis en scène par Sébastien Davis. La trop rare Ludivine Sagnier y prête sa voix à Vanessa Springora, autrice du récit éponyme, relatant comment, à l'âge de 14 ans, elle a été prise entre les griffes de l'écrivain Gabriel Matzneff, alors âgé de 50 ans. Et surtout : l'omerta, l'entresoi, l'impunité.

Tout cela, quelqu'un le déplore aujourd'hui : Benjamin Biolay, chanteur, acteur, compositeur, auteur. Celui qui a composé des chansons pour Judith Godrèche se sent très concerné par l'actuel mouvement de libération de la parole, et plus encore, l'alerte autour des violences sexuelles faites aux mineurs. Dans les pages du Parisien, l'interprète actuellement à l'affiche du film "Rosalie" s'est donc exprimé sur "l'affaire Matzneff".

Et ses mots font l'effet d'un coup de gueule, amer et lucide. On le lit : "J'ai plein d'amis qui étaient à l'école avec Vanessa Springora. Quand ils voyaient Matzneff devant le collège, ils avaient envie de lui cracher dessus, mais ils ne faisaient rien". Une prise de parole désabusée ? Pas du tout : il poursuit...

"La génération de ma fille !"

C'est un message d'espoir que s'exerce à faire passer le chanteur, pourtant connu pour sa ravageuse mélancolie. On le lit encore : "Mais aujourd'hui, les jeunes, peut-être, pourraient aller choper Matzneff et lui dire : Si tu...

Lire la suite


À lire aussi

Oui, "Bridget Jones" sera de retour ! Mais est-ce une bonne idée ?
"Je dormais chez elle !" : émue, Adèle Exarchopoulos se souvient de Jane Birkin
"Je l'ai félicitée !" : Nadia Tereszkiewicz ("Rosalie") soutient Judith Godrèche