Publicité

Culture du viol : 1 quart des hommes ont déjà insisté pour avoir une relation sexuelle

Culture du viol : 1 quart des hommes ont déjà insisté pour avoir une relation sexuelle - Abaca
Culture du viol : 1 quart des hommes ont déjà insisté pour avoir une relation sexuelle - Abaca

Entresoi masculin, sexisme, refus du consentement... Une étude chiffrée menée par la journaliste et autrice Chloé Thibaud pour "La Pause Simone" nous prouve que la culture du viol a encore de beaux jours devant elle.

La révolution #MeToo a-t-elle vraiment fait son effet sur les mentalités masculines ? On s'interroge. Si l'on a jamais autant parlé de "mecs déconstruits", une nouvelle étude détaillée de Simone Media et de l'association En Avant Toute(s) vient nous remettre violemment les yeux en face des trous. Un sondage mené par la journaliste et autrice féministe Chloé Thibaud auprès de 1 115 individus âgés de plus de 18 ans, et relayé le 2 mars dernier, qui nous apprend que la culture du viol a encore de beaux jours devant elle.

Exemples ? Un quart des hommes ont déjà insisté pour avoir une relation sexuelle. Plus précisément, ils sont 25,4% parmi les voix recueillies par ce sondage a avoir déjà forcé cette relation en dépit du consentement de leur partenaire. L'incompréhension ou le refus du consentement, c'est la base de la culture du viol. Une assertion largement démontrée par des campagnes de sensibilisation qui s'invitent jusque dans les cours de récré.

Oui mais voilà, moins d'un homme sur deux (45,3%) considère que le mouvement #MeToo a eu un impact bien réel sur sa façon de se comporter. Qu'il s'agisse des attitudes dans la vie affective, ou sexuelle...

Violences sexistes : l'impasse de l'entresoi

Le "monde d'après" n'est pas vraiment plus idéal. Parmi les chiffres accablants de "Simone Media", l'on apprend également que près d'un homme sur cinq (19,8%) aurait déjà été témoin d'une scène où un proche "tentait d'avoir un rapport sexuel avec une...

Lire la suite


À lire aussi

Quelle est votre mesure prioritaire pour l'égalité ? Les militantes féministes nous répondent
Les femmes cheffes encore une fois snobées par le Guide Michelin
"Je voulais mettre en garde" : Marie-Sophie Lacarrau revient sur sa terrible kératite amibienne