« Cures hydriques », rupture de traitement : un naturopathe et son fils mis en examen après la mort de plusieurs patients

© Getty Images

Un homme de 58 ans se présentant comme « naturopathe » et son fils ont été mis en examen jeudi après plusieurs décès survenus à la suite de jeûnes prolongés qu’ils avaient organisés lors de « cures hydriques » a annoncé le parquet de Tours.

Les stages proposés par Eric Gandon moyennant « plusieurs centaines, voire milliers d’euros » consistaient « à ne pas absorber d’aliments solides durant une à plusieurs semaines sans qu’aucun suivi médical ne soit assuré ni prévu », explique le procureur de la République de Tours, Grégoire Dulin.

Lors d’un de ces stages, organisé dans un château à Noyant-de-Touraine en Indre-et-Loire, une femme de 44 ans avait trouvé la mort le 12 août 2021, déclenchant l’enquête. Malgré le décès de sa stagiaire, Eric Gandon avait poursuivi les stages en cours, amenant la préfecture à prendre quelques jours plus tard un arrêté d’interdiction de ces cures et séjours sur la commune.

LIRE AUSSI >> Comment devient-on naturopathe (et comment en choisir un bon) ?

Une information judiciaire avait rapidement été ouverte à Tours et a permis d’identifier quatre autres victimes, dont deux décédées depuis. Une plainte concerne un homme âgé d’une soixantaine d’années, mort le 18 juillet 2020, un mois après avoir participé à un stage organisé en Vendée alors qu’il souffrait d’un cancer en phase terminale. Une autre est liée au décès, le 15 mars 2022, d’une jeune femme ayant suivi des formations organisées par Eric Gandon l’année précédente alors qu’elle souffrait d’un cancer du foie et était en rupture de traitement, détaille le procureur. Deux autres plaintes émanent de participantes au stage organisé à l’été...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi